CH Simone Veil - Standart
 
L'Hôpital
Presentation de l'hopitalPrésentation
Les chiffres clésLes chiffres clés
L'organisation de l'hôpitalL'organisation
La qualité à l'hôpitalLa qualité à l'Hôpital
Les grands projetsLes grands projets
Accéder à l'hôpitalAccéder à l'Hôpital
HistoriqueHistorique
Liens utilesLiens utiles

Histoire de deux établissements... histoire d'une fusion

Histoire d'Eaubonne

Histoire de Montmorency

Histoire d'une fusion

 

L'histoire d'Eaubonne

L'hôpital d'Eaubonne est édifié entre 1932 et 1934 dans le beau parc de 225.000 m2 de l'ancien château du Luat. C'est alors un hôpital général de 236 lits de médecine, chirurgie et phtisiologie et un hospice de 197 lits.

Pendant la seconde guerre mondiale, l'hôpital est réquisitionné et occupé par la Kriegsmarine dont les soldats construisent d'ailleurs des souterrains pour relier les bâtiments, passages encore existant ayant servi jusque dans les années 1970 au transport des chariots alimentaires entre la cuisine et le bâtiment principal.

En 1945, l'hôpital est réquisitionné par la 62nd General Hospital américaine. Après 1947, l'hôpital retrouve sa vocation d'hôpital civil. A cette époque, Eaubonne est plus « la campagne » et Montmorency « la ville ». C'est pourquoi l'hôpital est transformé en un grand centre de traitement des malades tuberculeux avec un service des affections des voies respiratoires (SAVR) de 550 lits.
En 1949, l'hôpital retrouve sa vocation d'hôpital général avec 45 lits de médecine et 50 lits de chirurgie. En 1950, est créé un service de chirurgie thoracique. Dans les années 60, l'hôpital et l'hospice occupent les bâtiments Roux, Calmette, Alexis Carrel (aujourd'hui IFSI Françoise DOLTO) et Philippon ainsi que divers autres bâtiments dans le parc abritant la cuisine, la buanderie, la ferme et dans des baraquements d'après guerre, le poulailler.

L'essor d'Eaubonne et son urbanisation remontent aux années 1965. L'hôpital suit la même évolution avec plusieurs extensions réalisées dans une première phase entre 1960 et 1970 puis dans le cadre du Plan Directeur 1986-1990 : bâtiment Charcot, puis bâtiment Bretonville, pour installer dans de meilleurs conditions les services de cardiologie, de chirurgie, le bloc opératoire, l'imagerie médicale, la médecine, les spécialités chirurgicales, la réanimation et les consultations externes.

L'hôpital se développe par la suite dans le secteur du moyen séjour (bâtiment Chambas) et la rééducation (bâtiment JP Held). Le Chalet du Luat, ancienne maison forestière  demeure le témoin d'une histoire bien antérieure à celle de l'hôpital.

Historique de l'hôpital d'EaubonneHistorique de l'Hôpital d'EaubonneHistorique de l'Hôpital d'Eaubonne

retour haut de page

L'histoire de Montmorency

Les premières traces d'un hôpital à Montmorency remontent à 1207. A cette époque, l'établissement apparaît au registre des Maisons-Dieu de Paris et comporte 12 lits pour accueillir les " pôvres du Christ ". La Maison-Dieu de Montmorency est une fondation sous gestion laïque, créée par Matthieu II baron de Montmorency. Son administration est confiée à un ecclésiastique. Selon certains historiens, son emplacement aurait pu déjà se trouver à proximité du lieu actuel de l'hôpital.

L'appellation Hôtel-Dieu qui se substitue à celle de Maison-Dieu apparaît au XVème siècle. Un cahier de recettes datant de 1486 fait état des "biens et revenus de l'hôpital et Hôtel-Dieu", laissant entendre que l'établissement a fonctionné tant comme abri des pauvres que comme lieu de soins.

Au XVIème siècle, le grand aumônier du Roi de France s'adjuge un droit général de surveillance sur tous les hôpitaux du royaume et obtient que les officiers royaux soient chargés de la haute administration hospitalière à la place des évêques. Le Duc de Montmorency agit directement auprès du Roi pour échapper à cette règle et obtient en 1561 un régime dérogatoire pour son Hôtel-Dieu.

A partir de 1602, l'administration des revenus et la charge de l'hôpital sont confiées aux Trinitaires, religieux de l'Ordre de la Sainte Trinité. En 1608, sur proposition des Trinitaires, est construit un nouvel Hôtel-Dieu sur les lieux où sera érigé l'hospice qui restera ouvert jusqu'en 1938. Après maintes péripéties, en 1684, l'Hôtel Dieu reçoit des lettres patentes du Prince de Condé qui consacre l'hôpital aux pauvres de Montmorency, malades et femmes enceintes.

Historique de l'Hôpital de MontmorencyAu XVIIIème siècle, plusieurs aménagements architecturaux sont apportés à l'Hôtel-Dieu pour améliorer l'accueil des indigents. La première sage-femme exerçant à l'Hôtel-Dieu est nommée le 22 décembre 1779.

En 1795, l'Hôtel-Dieu subit la tourmente révolutionnaire et est remplacé en application de la Convention de 1793 par l'Hospice des pauvres d'une part, le Bureau de bienfaisance d'autre part. L'Hospice des pauvres assure la mission hospitalière, le Bureau de bienfaisance poursuit les soins à domicile.

Après la Révolution, l'Hospice connaît des difficultés financières qui l'oblige à restreindre sa capacité d'accueil. Grâce à la détermination des élus et des administrateurs de Montmorency, l'Hospice des pauvres où travaillent désormais les sœurs de la Congrégation des Filles de la Sagesse (qui restent en fonctions de soins jusqu'en 1938), retrouve un développement avant 1870. Puis c'est la guerre avec la Prusse et l'occupation de l'hôpital par les Prussiens. En 1887, l'Hospice est agrandi grâce à des fonds privés et compte 30 lits. En 1892 puis en 1895, un projet d'hôpital cantonal pouvant être implanté à Ermont est présenté mais refusé par les administrateurs de l'hospice et par les élus de Montmorency qui défendent leur site hospitalier attendu notamment "que la fondation de l'Hospice qui remonte à plus de deux siècles a été faite exclusivement pour les pauvres de Montmorency".

Historique de l'Hôpital de montmorency

 

 

 

   retour haut de page

 

L'histoire d'une fusion

Les premières discussions sur la fusion entre les hôpitaux d' Eaubonne et de Montmorency remontent à 1992.

L'un des fondements du rapprochement est, au niveau de la communauté médicale, la prise de conscience d'un risque lié aux perspectives de pénurie médicale dans certaines disciplines. La discussion sur la fusion s'est déroulée entre les hôpitaux et les municipalités entre 1993 et 1995. Sous l'égide de la tutelle, plusieurs groupes de travail associant les deux communautés médicales ont été réunis pour essayer de définir un projet médical commun. Cette concertation a abouti à une proposition de répartition des activités médicales et médico-techniques entre les deux sites acceptée par les communautés hospitalières et municipales et actée par le préfet du département dans une lettre aux présidents des conseils d'administration fin 1995.

C'est sur cette base que les instances hospitalières et les conseils municipaux ont voté en 1996 la fusion des deux hôpitaux et qu'a été pris début 1997, juste avant la mise en place des agences régionales de l'hospitalisation, un arrêté du préfet de région créant le centre hospitalier intercommunal d'Eaubonne-Montmorency.

Le Groupement Intercommunal Eaubonne - Montmorency,  est né le 1er janvier 1998 C'est en 2002 qu'il devient l'Hôpital Simone Veil, Groupement Hospitalier Eaubonne-Montmorency.

Hôpital Simone Veil          Centre Hospitalier Simone Veil - Cérémonie des Voeux

 

retour haut de page